Perte d’exploitation, réorganisation, manque de visibilité, la crise du COVID19 a bouleversé le quotidien des conciergeries partout en France.

Check In Conciergerie à Rennes dirigée par Simon Scavinner a accepté de nous livrer ses réactions et visions, que vous pouvez retrouver dans cette interview :

« Pourriez-vous s’il vous plaît présenter votre conciergerie en quelques lignes (votre équipe, votre périmètre d’intervention, votre positionnement,…) ?

S : Check In Conciergerie est une société de services, spécialisée dans le secteur de la location meublée en courte durée. Notre offre est destinée aux propriétaires qui souhaitent se libérer des contraintes liées à la gestion de leurs biens (appartement, maison, etc). Nous gérons toute la logistique inhérente à la location en proposant des prestations de qualité hôtelières, de la réservation à l’accueil des voyageurs, en passant par l’entretien des surfaces. J’ai créé Check In Conciergerie il y a bientôt trois ans. Les deux premières années j’ai travaillé seul, puis, passé un certain volume d’activité, j’ai fait appel à des équipes de prestataires pour m’accompagner sur les missions de terrain. Il y a quelques mois, pour répondre à la demande toujours croissante dans ce secteur et dans un objectif de développement, je me suis entouré de 2 associés, Émilien Roux et Perrine Le Ru. Émilien
gère la partie logistique des locations. Il supervise le travail de nos équipes afin d’assurer à nos voyageurs le bon déroulement de leur séjour. Perrine est en charge du marketing ainsi que du développement de l’activité qu’on assure en binôme. Désormais nous gérons une trentaine de logements à Rennes et nous avons développé depuis peu notre activité sur Saint Malo et Dinard. Nous proposons deux types d’offres à nos clients :

  • L’offre « premium » qui nous permet d’assurer une gestion totale du bien en question (Annonces, traitement des réservations, ménage, blanchisserie et assistance aux voyageurs).
  • L’offre « à la carte » que nous proposons depuis bientôt un an en partenariat avec Book&Pay à qui nous déléguons la gestion des annonces pour nous concentrer uniquement sur la partie logistique.

Comment avez-vous vécu la crise à ses débuts ? Jusqu’à aujourd’hui, quel a été l’impact sur votre activité et son organisation ?

Les premiers effets de la pandémie se sont fait sentir fin février, début mars avec quelques annulations de séjours. Mars est un mois important pour nous. L’activité est importante à Rennes, grâce notamment, à des salons comme le CFIA. Lorsque celui-ci a été annulé, nous avons compris que nous rentrions dans une période un peu particulière. Ensuite, comme beaucoup, nous avons été pris de court. Tout est allé très vite. Aujourd’hui l’activité est à l’arrêt. Nous avons subi beaucoup d’annulations de séjours. D’ailleurs, à Saint Malo, un décret interdit complètement la location saisonnière jusqu’au 11 mai 2020.
Aujourd’hui, nous profitons de cette “accalmie” pour nous concentrer sur des sujets de fond pour lesquels nous n’avons pas toujours le temps en période d’activité tout le reste de l’année (Nouvelles offres de services pour nos clients, diversification de l’activité). Les idées ne manquent pas !

Selon vous, la crise va-t-elle fondamentalement modifier votre métier ou votre manière de l’appréhender ? Identifiez-vous déjà des impacts inattendus sur votre écosystème (clients, fournisseurs, partenaires,..) ?

Nous sommes assez partagés sur ce point, car, nous sommes forcés de constater que ce virus a mis notre activité complètement à l’arrêt et que cela ne redémarrera pas du jour au lendemain. Cela aura un impact, c’est certain. En parallèle, nous pensons que cela peut amener des changements de comportement dans la façon de voyager des gens, ce qui peut être intéressant pour notre secteur d’activité. En effet, nous pensons que les gens vont peut-être remplacer leurs réservations dans les hôtels, qui sont des lieux de fort passage, par des locations d’appartements, où le risque de propagation sera beaucoup plus faible. Dans notre écosystème, nous avons globalement constaté une grande solidarité de la part de tous. Nous sommes en discussion avec nos partenaires et fournisseurs pour préparer la reprise de façon optimale. D’autre part, à court et moyen terme, les voyages à l’étranger vont être très limités. Nous espérons que les gens vont prendre leurs vacances en France, ce qui pourrait représenter une reprise d’activité intéressante pour nous et nos clients. Nous restons optimistes. Nous avions fait des projections de développement pour l’année 2020. Évidemment, nous allons les revoir à la baisse mais nous voyons aussi des opportunités et maintenons nos projets de développement, notamment sur la côte d’Émeraude.

Comment vos clients propriétaires réagissent-ils à cette crise ?

Nous sommes agréablement surpris par la réaction de nos clients. Ils sont très compréhensifs et patients. Nous maintenons une communication régulière. Nous leur transmettons dans la mesure du possible les dernières informations liées au secteur de l’hébergement. Je pense qu’ils comprennent bien que nous sommes tous au même niveau face à cette crise sanitaire et ils savent qu’ils peuvent compter sur nous dès que la reprise sera possible.

La France se dirige vers un début de déconfinement le 11 Mai. Quelles dispositions particulières prévoyez-vous de prendre dans votre organisation pour rassurer les voyageurs, les prestataires, votre équipe ?

Nous mettons en place de nouvelles procédures plus intensives pour le nettoyage des logements. Par exemple, nous envisageons l’utilisation systématique de javel pour la désinfection de certaines surfaces. Nous prévoyons de fournir des gants à nos prestataires également. Pour l’accueil des voyageurs, nous respecterons le port du masque. Au niveau de notre équipe, nous travaillerons en télétravail jusqu’au 11 mai. Ensuite, nous retournons probablement au bureau mais avec des journées de télétravail plus régulières.

A ce stade, qu’attendez-vous des pouvoirs publics pour vous aider à traverser cette crise ?

Nous avons pu bénéficier de l’aide pour les petites entreprises en justifiant la perte de chiffre d’affaires que nous avons subie pour le mois de mars. Nous devrions obtenir à nouveau cette aide pour le mois d’avril. Nous espérons une réouverture des bars/restaurants assez rapide et que le décret d’interdiction de locations saisonnières soit levé rapidement.

Pour terminer sur une note positive, avez-vous un message à faire passer concernant la reprise ou une initiative qui vous tient à cœur à mettre en avant ?

C’est certain qu’il y aura un après coronavirus dans notre secteur. Nous sommes impatients que l’activité reprenne mais nous allons être particulièrement vigilants sur la mise en place de procédure pour le nettoyage et l’accueil des voyageurs. L’idée est d’assurer la sécurité de nos prestataires et nos voyageurs. Nous voulons qu’ils puissent profiter de leur séjour le plus sereinement possible.

Merci à Simon Scavinner et son équipe pour son partage d’expérience.

Logement L’Escale Rennaise, géré par Check In Conciergerie et BookandPay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *